Réflexions liminaires sur des sujets brûlants

Le chômage

Le chômage entraîne plusieurs conséquences:

  • des « frais » pour la collectivité qui verse un salaire aux chômeurs
  • une dégradation du psychisme du chômeur si sa situation se prolonge
  • un rejet des chômeurs par les travailleurs qui ne peuvent admettre qu’on puisse recevoir un salaire sans travailler
  • l’abus d’un système par quelques uns qui y trouve un support à leur réelle paresse

ma proposition:

  • inventorier les travaux d’utilité publique (ex.:entretien des chemins, aide dans les communes, hôpitaux, etc….) et répartir les effectifs selon capacités
  • la collectivité fournit les habits et outils de travail
  • demander à chaque chômeur d’accomplir 75% de son temps à ces tâches (rammassage de tous les chômeurs d’une localité à telle heure à telle place si nécessaire)
  • le 25% restant étant disponible pour la recherche d’emploi et la formation continue.

mesures potentielles supplémentaires:

  • même salaire à tous les chômeurs après 6 mois de chômage – ex. CHF 3000.- / mois
  • pas de limite temporelle, mais professionalisation dans le cadre des travaux d’utilité

effets escomptés:

  • valorisation des montants versés aux chômeurs – travaux effectués en compensation -
  • valorisation de l’état de chômeur vis à vis des travailleurs
  • diminution des « profiteurs » -> moins de critiques

Prévention des critiques

« Mais vous allez prendre le travail qui pourraient être réalisé par des entreprises privées ! »

Il conviendrait évidemment de se focaliser sur des travaux d’intérêt public qui ne seraient pas accomplis par des entreprises car trop peu rentables, mais d’un apport non négligeable pour la société : nettoyage de lits de rivière, endiguement de torrents, entretien de chemins pédestres, appui aux personnels hospitaliers, assistances à domicile – pour familles monoparentales, personnes âgées en maintien à domicile -, etc.

En créant – en aidant à la création – par les chômeurs ou les requérants eux-mêmes – d’entreprises qui reprendraient de manière autonome certains travaux cela permettrait de « recycler » ces forces vives et les travaux correspondants dans le tissu économique.

Les requérants d’asile

L’entretien des requérants d’asile entraîne plusieurs conséquences:

  • des « frais » pour la collectivité qui verse un pécule journalier aux requérants
  • une dégradation du psychisme du requérant tant qu’il n’a pas intégré une « vie normale »
  • un rejet des requérants par les citoyens qui ne peuvent admettre qu’on puisse recevoir un salaire sans travailler et les considèrent comme des « profiteurs »       (requérants économiques)
  • la montée du racisme et le développement de mouvements xénophobes
  • l’assimilation des gens qui n’acceptent pas cette situation aux racistes
  • l’abus d’un système par quelques uns qui y trouve un support à leur réelle paresse
  • l’augmentation des tensions, de la criminalité

ma proposition:

  • toute demande d’asile doit être traitée dans un temps maximal de 6 à 8 mois
  • après un temps minimal d’accueil, travail obligatoire
  • inventorier les travaux d’utilité publique (ex.:entretien des chemins, aide dans les communes, hôpitaux, etc….) et répartir les effectifs selon capacités
  • la collectivité fournit les habits et outils de travail
  • demander à chaque requérant d’accomplir 75% de son temps à ces tâches (rammassage de tous les requérants d’une localité à telle heure à telle place si       nécessaire)
  • le 25% restant étant disponible pour la formation aux institutions CH, la régularisation de la situation.

mesures potentielles supplémentaires:

  • salaire unique – ex. CHF 1000.- / mois, nourris et logés
  • pas de limite temporelle

effets escomptés:

  • valorisation des montants versés aux requérants – travaux effectués en compensation -
  • respect de l’état de requérant par les citoyens
  • diminution des « profiteurs » -> moins de critiques, meilleure acceptation de ceux qui sont là

Armée

Transformation de l’armée en Unités de défense civile non-violentes.

Transformation de la formation

  • Ecole de recrue remplacée par une formation intensive à la non-violence.
  • Instauration d’un travail d’utilité publique au bénéfice de la collectivité de 15 jours annuels (de 18 à 60 ans)

Destruction du matériel militaire non strictement défensif.

Défense nationale:

En CH, actuellement nous nous dirigeons vers une armée de métier (quelques milliers de professionnels) -> contre-proposition : former tout le monde (ou le maximum) à la NV (grève, désobéissance civile, NV)

La plus grande preuve de démocratie: donner au peuple les moyens de défendre son point de vue et surtout lui expliquer les choix pour qu’il adhère et que le choix exprime l’union.

Aide au développement

5% minimum (en aidant sur place on diminue le besoin migratoire)

Transports publics

  • Intensification du réseau train et bus (au pétrole « naturel » – bio diesel – ): cadence 15 minutes sur tous les axes et sur toutes les routes d’une certaine dimension Nord-Sud;Est – Ouest
  • Baisse du prix (ex.:5ct par km~) ou abo généraux.
  • Baisse d’impôts drastique à ceux qui renoncent à la voiture, qui offre un co-voiturage.

Encouragement de la Famille

  • Développement de crèches bon marché (cf plus haut création d’entreprise par les chômeurs et les requérants)
  • 450.- CHF par enfant
  • Congé paternité ou maternité 1 an
  • Création de logements et de pôles décentralisés

Energie

L’électricité est l’énergie la plus propre, cependant la filière nucléaire doit être absolument abandonnée en l’état actuel de son utilisation et des conséquences qu’elle entraîne: plutonium militaire et déchets.

En Suisse, contrairement peut-être à d’autres pays, nous avons la chance de disposer de réserve hydrauliques naturelles que nous devons exploiter au maximum. Si vraiment nous ne pouvons nous passer de l’électricité correspondant aux pourcents de la production nucléaire, nous devrions accepter de quelques sacrifices paysagers pour permettre de compenser la production nucléaire avec une production d’électricité propre (barrages).

Avec la même volonté de suppression du nucléaire, nous devrions développer la production d’électricité et de chaleur solaire sur toutes les surfaces possibles (surtout toits de maisons) et aussi permettre l’implantation d’éoliennes à des endroits traditionnellement exposés.

 

Cette entrée a été publiée dans nucléaire, projet politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.